Retour d'expériences sur Azure le cloud version Microsoft

Le début de l'histoire

Au départ j’avais quelques sites web hébergés sur un serveur dédié chez Orange. Je suis parti à la recherche d’un nouvel hébergeur car je ne désirais plus rester chez Orange. Je suis plus à l’aise avec IIS et mes sites utilisent ASP je recherchais donc une machine Windows et bien sûr avec le prix le plus bas possible.

J’ai donc été attiré par la solution cloud de Microsoft Azure. En allant sur leur site web tout paraît beau et simple, j’ai vite déchanté.

Le commun des mortels a donc du mal à comprendre la notion de cloud computing. C’est compréhensible quand on voit tout ce Microsoft propose comme service sur le cloud, c’est assez hallucinant.

  • Applications web
  • Machines virtuelles
  • Services mobiles
  • Services cloud
  • Services Batch
  • Bases de données SQL
  • Stockage
  • HDInsight
  • Media Services
  • Service Bus
  • Visual Studio Online
  • Cache
  • BizTalk Services
  • Recovery Services
  • CDN
  • Automatisation
  • Planificateur
  • Gestion des API
  • Machine Learning
  • Operational Insights
  • Réseaux
  • Traffic Manager
  • RemoteApp
  • Services de gestion
  • Active Directory
  • Marketplace

Les possibilités sont immenses sur le cloud. La plupart des services sont très techniques. Il faut avoir le courage de se plonger dans la documentation.

Comme je veux héberger des sites web je choisis assez intuitivement l’option « Application Web ».

Les applications web

Je veux héberger trois petits sites web : un site sur le BTS SIO (celui où vous êtes en ce moment).C’est un site ASP MVC sans base de données. Un petit site web en HTML/CSS sans base de données. Un site web en ASP Webform avec une base de données.

Je n’ai pas besoin de machines pussantes car ce sont des sites avec un faible trafic.

La présentation commerciale

 azure offre we

 azure offre web minute

Je n'ai pas besoin d'une facturation à la minute car c'est un site web qui va très peu évoluer mais ce n'est pas grave. Au moins je pourrais arrêter l'expérience à tout moment. Je me demande bien qui peut avoir besoin d'une facturation à la minute.

Les tarifs pour les applications web


azure tarifs application web


L’option gratuite est attirante mais elle ne convient pas car si l'on veut son propre nom de domaine il faut passer à l’option payante. Les sites gratuits ont tous une adresse avec …azure.websites.net.


azure tarifs application web partagée


La première option payante est à 8,16 euros par mois, cela reste toujours intéressant.

On voit déjà poindre les questions avec les 240 minutes de processeur par jour (4h). Comment savoir quel est le temps processeur nécessaire pour mes sites web ?

8,16 euros pour les 3 sites, cela me convient toujours surtout que je peux laisser un site en gratuit car je n’ai pas de nom de domaine.

Je me lance, je commence à créer les applications.

La prise en main de la plateforme est assez facile mais demande un petit temps de formation. Il suffit d’exporter son projet à partir de Visual Studio. On configure la plupart des paramètres du serveur web avec le fichier Web.config. C’est vraiment pratique, on n'a quasiment pas besoin de bouger de Visual Studio.

La principale difficulté est venue du DNS et de la liaison avec le nom de domaine. Le nom de domaine était chez France Télécom (cette entreprise est complétement dépassée, il faut encore envoyer des lettres manuscrites pour mettre à jour ses données !) après un passage chez GoDaddy tout s'est bien terminé.

Première surprise on ne peut pas mixer des applications gratuites et payantes tout est automatiquement passé dans le même plan de tarification (apparemment avec la nouvelle version de l’interface il est possible d’avoir plusieurs plans de tarification). Tous mes sites passent en payant.

Comme j’ai besoin d’une base de données je prends aussi une base de données. La configuration de la base est assez facile.

La base de données est facturée en sus.

Le tarif pour une petite base de données


azure tarifs sql server


Le tarif monte à 13 euros par mois.

L’installation s’étant bien déroulée, les sites fonctionnent. On peut commencer à regarder la facture pour voir si elle correspond à ce qui est annoncé.

Et là je réalise mon erreur en fait c’est 8,16 euros par site plus la base de données plus le trafic montant L’addition monte vite pour des tous petits sites ! 30 euros par mois !

En plus il est difficile de savoir si la TVA est incluse dans tous les tarifs. La facture vient d’Irlande où la TVA est à 23% ce qui est non négligeable.

Les chiffres de la facturation sont très difficiles à comprendre.


azure facture


Pourquoi 1,41 application ? Il y a des demi-applications ? 8 euros par mois pour héberger un site web en mutualisé ce n’est pas l’offre de l’année.


On peut avoir une facture plus détaillée.

facture azure

Il faut prendre sa soirée pour l'analyser. Ceci n'est qu'un petit extrait...


J’ai arrêté là l’expérience, trop cher.

J’ai essayé de téléphoner chez Microsoft pour avoir des explications sur la facture (j’avais d’autres problèmes car j’avais essayé de changer de plan de tarification). Je suis tombé sur une jeune personne qui apparemment ne connaissait pas grand-chose à la plateforme, il m’a demandé ma facturation, je lui ai dit 12 euros, il a dû juger que ce n’était pas assez important. De toute façon il n'y a pas de support téléphonique pour les problèmes de facture.

Je n’ai pas pu non plus avoir accès aux services de support pour transmettre des problèmes, elle est réservée à l’option supérieure. La FAQ du support Azure est à la mesure du reste, assez complexe.

Conclusion

Qualité : facilité d’emploi, pas de problèmes pour exporter et mettre à jour son site web.

Défaut : Il faut un temps d’apprentissage pour bien comprendre le tableau de bord web. Toutes les options sont bien trop complexes pour l’informaticien moyen, il y a des tonnes de métriques qui sont quand même difficilement compréhensibles, il est très difficile de connaître le prix de revient global de l’application.

Avec tout ça mes sites web ne sont toujours pas hébergés.

Mais j’ai réessayé Azure ! Cette fois-ci je prends une machine virtuelle en profitant d’un mois gratuit.

La machine virtuelle.

J’ai compris la leçon, je vais très faire attention et ne pas prendre beaucoup d’options.

L’offre commerciale

azure offre machine virtuelle

Les tarifs

azure prix machine virtuelle

Je prends l’option A0 la seule vraiment intéressante (13 euros par mois) pour moi. L’option suivante est quand même à 57 euros. C’est le prix que l’on trouve un peu partout voire un peu plus chère. Le cloud ne casse pas les prix.

20 Go de disque cela est suffisant pour mes petites applications.

Je décide de créer la machine virtuelle. C'est facile et très rapide.

Première surprise : la création de la machine virtuelle entraîne la création d’autres éléments. Un compte de stockage et un service cloud. Encore des dépenses en plus !

azure tableau de bord

La prise en main de la machine virtuelle est assez simple bien sûr il y a plus de manipulations à effectuer. La machine est un Windows Server 2012 R2.

En gros j'ai dû mettre en service IIS. J’aurais pu mettre en place un FTP mais je suis resté avec la connexion vers mon PC pour faire des transferts.

J’ai installé SQL express pour la base de données. On peut choisir une machine virtuelle avec des logiciels installés mais j’ai préféré tout contrôler. J’ai aussi installé SQL Management Studio.


Je pensais avoir 20 Go de stockage cela me paraissait suffisant. Là encore mauvaise surprise.

On peut voir le message suivant dans un fichier ReadMe sur le disque D du serveur.

WARNING : THIS IS A TEMPORARY DISK.

Any data stored on this drive is SUBJECT TO LOSS and THERE IS NO WAY TO RECOVER IT.

Please do not use this disk for storing any personal or application data.

For additional details please refer to the MSDN documentation

Les 20 Go enfin 16 sont seulement utilisables ne servent à rien. En cas de redémarrage de la machine on peut tout perdre. Comme Microsoft vous oblige à redémarrer votre machine une fois par mois pour une mise à jour vous ne pouvez pas faire grand-chose. L’option la plus chère propose un disque dur temporaire de 605 Go. A quoi peuvent servir 605 Go si l’on n’est pas sûr de retrouver les données ? Que faire de 605 Go de données temporaires ?

Mon disque D restera donc vide.

En fait il faut payer pour l’espace disque que vous utilisez sur votre machine virtuelle.


Une fois les applications installées vous pouvez monitorer votre serveur.

Le tableau de bord pour visualiser ces compteurs.

azure métrique

Il est beaucoup plus simple que pour les applications web.

La tarification

La tarification pour un mois (c'est drôle il n'ont pas traduit en français PAy-As-You-Go)

azure métrique

J’avoue ne pas tout comprendre et je n’ai pas non plus envie d’aller chercher des explications.

Que représentent les 7 centimes de transaction Storage ? les 86 centimes d’objet blob de pages/disque ?

Le transfert des données entrantes est gratuit chez Azure pas le transfert sortant (5 premiers Go gratuit). A la fin cela représente une petite somme (2,46 euros).

Après le premier mois de test j’ai pu voir que l’on était proche des 13 euros annoncé (sans les données sortantes) donc j’ai gardé cette solution.

Au bout du mois gratuit vous passez en payant et un bandeau vous avertit qu’il n’y a pas de limite. Vous payez tout ce que vous consommez et cela peut grimper vite. Je décide de mettre une limite c’est-à-dire qu’à partir d’un certain seuil les services s’arrêtent. Je m’aperçois que pour mon niveau d’abonnement il n’est pas possible de mettre un seuil, on peut juste être avertit par mail. C’est agaçant.


Un autre point important, d’après Google mes sites répondent plus lentement. Je n’ai quasiment pas changé le code avec mon ancien serveur et les temps de réponse du serveur ont beaucoup augmenté.

Conclusion

Qualité de l’offre : je n’aurais pas pu avoir un Windows Server 2012 R2 pour ce tarif bien que la machine soit très peu puissante mais c’est la seul offre intéressante pour des petites applications.

Défaut de l’offre : elle est trop complexe, la création d’un élément entraîne la création d’autres éléments. La tarification est très opaque, il faut vraiment être un spécialiste pour tout comprendre. On ne peut pas vraiment estimer le coût de revient total avant la mise en service de l’application.

Application web vs machine virtuelle

Microsoft incite plutôt les gens à prendre l’option « applications web « pour héberger des sites web.

Cela a des avantages : facilité d’emploi, de déploiement, de mise à jour. Il est possible de passer à une machine plus puissante d’un simple clic ou de mettre en place de l’équilibrage de charge très facilement. En contrepartie vous n’avez accès qu’à une toute petite partie de la machine.

La machine virtuelle oblige à plus de travail de configuration, c’est à vous de mettre votre machine à jour.

L’application web est vraiment séduisante par contre je la trouve trop chère, avec une base de données et un petit trafic on arrive à 15 euros par mois pour un site. Avec une machine virtuelle on peut héberger plusieurs sites et la base de données, cela revient beaucoup moins cher.


Résultat. Mes sites fonctionnent, je n’ose plus toucher à rien de crainte d’avoir des frais supplémentaires cachés. Si je veux tester d’autres applications je prendrais un nouveau compte. Il faut être très attentif car on a vite fait de laisser un élément fonctionner et la facture peut s’envoler.

Mon conseil : prenez l’option d’essai avec un mois gratuit. Déployez votre application et regardez la facture évoluer vous pourrez ainsi voir le coût global sur un mois.

Personnellement je pense que l'offre devrait être simplifiée avec des packages complets par exemple site + base de données et des tarifs plus facilement compréhensibles. Je n'ai pas regardé le grand concurrent Amazon mais apparemment ce n'est pas mieux au niveau de la compréhension des offres.

La formation

Revenons à la raison d’être de ce site, la formation. Faut-il investir dans le cloud ? passer des heures à comprendre tous les services proposée. Je n’ai pas vu d’écoles proposer des formations spécifiques basées sur le cloud.

On en parle tous les jours à la télévision et dans les journaux mais apparemment celui ne se traduit pas au niveau de l’emploi, il n’y pas beaucoup d’offres d’emplois proposés si vous tapez Azure sur un moteur de recherche.


Combien vaut un spécialiste Azure sur le marché de l'emploi ?