La gestion des tests et des bugs

Dificulté:

Dans cette partie on ne parle plus du code à propement dit. On rajoute simplement un cas de test, c’est un test fonctionnel qui valide une exigence client. Ici on va tester l’apparition du deuxième écran qui affiche les types d’adhésions.

On pourrait écrire le plan de test et le test avec n’importe éditeur de texte comme Word. Ici on utilise un logiciel de Microsoft : Test Manager (disponible avec la version Visual Studio Ultimate).

Test Manager permet de gérer des tests automatisés en particulier des tests de l’interface graphique ou des tests unitaires. Dans notre cas nous nous contentons d’écrire des tests manuels. Une fois le test écrit il suffit de le lancer puis de valider chaque étape pour passer à la suivante.

Ces tests devront être passés après la livraison de chaque release (enfin tout dépend comment on travaille).

Au minimum il faut écrire une vingtaine de tests pour valider une petite application comme celle-ci.

Exemple de test manuel avec Test Manager:

fiche de test test manager

Bon on peut imaginer que le passage des tests va permettre de découvrir des erreurs. On peut directement créer des rapports d’erreurs à partir de Test Manager.

Exemple de bug crée à partir de Test Manager (les étapes à reproduire sont copiées depuis le test):

rapport de bug test manager

La gestion des bugs et des tests peut être intéressante pour l’épreuve E6, vous pourrez rajouter des croix dans le fichier Excel car il y a beaucoup d'activités qui sont basés sur les tests. On déroge à la règle qui veut que l'on utilise les logiciels les plus connus par les enseignants pour passer l'épreuve car Test Manager n'est pas très connu. Le logiciel le plus couramment utilisé au niveau du BTS pour gérer les bugs est GLPI. La connaissance de GLPI est obligatoire, c'est la référence de tous les enseignants!